Coucher de soleil sur la plage de Saint Jean de Monts, Côte de Lumière.

Immobilier, Internet, Accompagnement, Conseil, Formation, Boutique(s) et Création Artistique

Stacks Image 160






Retrouvez ici toute mon actualité, mes billets, humeurs et suggestions...




De La Rochejaquelein, un nom attaché à la Vendée !

De La Rochejaquelein, un nom attaché à la Vendée !

 

 

Le 28 Janvier 1794, mourrait Henri de La Rochejaquelein.

Né Henri du Vergier comte de La Rochejaquelein, il fût l’un des chefs de l’armée vendéenne lors de la révolution française.

Il n’a que 16 ans lorsque la révolution française éclate.

A cette époque, les nobles émigrent afin d’échapper à la vindicte populaire. Il prend alors la décision de ne pas suivre son père en Allemagne et choisit de défendre le trône dans la garde constitutionnelle du roi Louis XVI où il est appelé en 1791.

Il est alors l’un des défenseurs du palais des Tuileries le 10 Août 1792 et décide par la suite de revenir sur ses terres en Vendée.

Les persécutions religieuses, la conscription et bien sur l’assassinat du roi incitent les paysans à lui demander de se mettre à leur tête.

Henri de La Rochejaquelein accepte le 12 avril 1793 et prononce ces paroles devenues célèbres : « si j’avance suivez-moi, si je recule tuez-moi, si je meurs vengez-moi !  «

S’ensuit toute une succession de victoires, les villes sont occupées les unes après les autres, la Loire est remontée, Saumur est prise d’assaut le 9 Juin et la prochaine étape est Paris.

Du temps est perdu à cause de la moisson et le siège de Nantes est un échec.

Durant la campagne d’Outre-Loire, Henri est nommé généralisme. Il conduit tout un peuple à la recherche d’un port qui ne sera pas pris et d’une aide provenant des anglais qui n’arrivera pas.

Il réussit néanmoins à repartir en Vendée, lève une nouvelle armée pour s’opposer aux colonnes infernales mais est tué le 28 Janvier 1794 près de Cholet.

Son frère Louis né en 1777 revenu en France en 1801 après avoir participé à la reconquête de Saint Domingue fut un farouche opposant à l’Empire. Nommé général en chef, il organisa la résistance vendéenne où son seul nom a suffi  pour rallier environ 40 000 royalistes. Après avoir soutenu  une attaque à Saint Gilles Croix de Vie, Louis mène ses troupes à travers le marais et arrive à Saint Jean de Monts le 3 Juin 1815. Il fut tué à la bataille des  Mathes à Saint Hilaire de Riez le 4 Juin 1815.

L’Immobilière Vendéenne vous propose à la vente une maison proche du lieu de la bataille où on peut voir un monument en hommage à sa bravoure.

 https://www.immobiliere-vendeenne.fr/biens/vente-maison-3-pieces-saint-hilaire-de-riez-85270-ref-1184/

Son corps fut reconnu le lendemain et enterré rapidement au Perrier. Le 8 février de l’année suivante il fut exhumé pour être enterré dans le tombeau de ses ancêtres dans les Deux Sèvres.

La dernière personne liée à la Vendée est la sœur d’Henri et de Louis , Constance. Cette dernière  avait épousé Jacques Guerry de Beauregard général vendéen tué à Aizenay pendant les 100 jours.

 

Rédigé par Pierre-Olivier Desmares de l'agence montoise L'Immobilière Vendéenne.

Commentaires

Le site philippeaverty.com peut éventuellement utiliser des cookies et traceurs pour des statistiques concernant les visites sur ce site.